Camille Claudel – extraits d´un interview sur Arttourist

Bild


Steffen Schorn et son opéra intérieur „Camille Claudel“

 


extraits d´un interview sur Arttourist


Portrait du compositeur

Ce musicien, compositeur et chef d’orchestre, qui a déjà trente ans de carrière derrière lui, a joué dans des dizaines de pays et de festivals sur presque tous les continents du monde, aussi bien comme instrumentiste que comme compositeur pour des œuvres de commande. Il a été curateur et chef d’orchestre invité du Norwegian Wind Ensemble de 2009 à 2012, a composé pour de nombreux festivals à la croisée du jazz et de la musique nouvelle, a fondé à plusieurs reprises ses propres ensembles et a reçu un hommage particulier en 2011, lorsque les Danish Chamber Players ont consacré une soirée entière à sa musique.
 Steffen Schorn n’a cessé de gravir les échelons parmi les grands noms de la scène jazz allemande, et pas seulement en raison d’un bref succès explosif dans le genre. Ses talents ont été et sont toujours sollicités dans les contextes musicaux les plus divers et conduisent toujours à des performances de haut niveau. Ses étapes en tant qu’instrumentiste, compositeur, directeur et arrangeur de petits et grands ensembles, sa fascination pour les musiques de tous les mondes terrestres, ses connaissances approfondies des structures rythmiques des peuples de notre planète ont fait de lui, au fil des décennies, un musicien du monde comme il n’en existe en fait plus en Allemagne. Steffen Schorn est en train d’atteindre le sommet de son art. Actuellement, le dernier opus d’une trilogie de CD avec le Zurich Jazz Orchestra sort et son projet le plus ambitieux et le plus grand à ce jour est déjà dans les starting-blocks :


Camille Claudel – un opéra intérieur.

Nous avons posé quelques questions au compositeur et multi-instrumentiste de renommée mondiale.


Comment est née l’idée du projet Camille Claudel ?

En 1988, alors que j’étais étudiant en musique à Cologne, j’ai vu le film du même nom avec Isabelle Adjani. Après la scène finale, dans laquelle Camille Claudel a été envoyée par sa propre famille à l’hôpital psychiatrique de Montdevergues, où elle est morte 30 ans plus tard dans la solitude, j’ai été tellement bouleversé et perturbé que j’ai ensuite marché pendant 2 heures dans la mauvaise direction, sans pouvoir m’orienter, et j’ai fini par composer une séquence imprégnée de souffrance à partir d’images d’horreur intérieures, une fois rentré chez moi. J’ai ensuite enregistré cette séquence sur mon magnétophone à cassettes multipistes et j’ai été tellement choqué par l’effet que j’ai dû la mettre de côté – c’était tout simplement too much.
Mais je savais déjà à l’époque que j’écrirais un jour une œuvre de longue haleine, composée en quelque sorte „à l’envers“, qui se développerait et se déploierait à partir de la cellule germinale initiale. C’était il y a plus de 30 ans, aussi longtemps que Camille Claudel a passé involontairement du temps dans un hôpital psychiatrique. Certes, l’impulsion de commencer enfin refaisait surface tous les deux ans, mais ma vie agitée ne laissait pas de place pour cela. Il y a deux ans, j’ai appuyé sur une sorte de bouton de réinitialisation, j’ai commencé à m’écouter profondément et j’ai ressenti cet appel intérieur urgent.


Comment faut-il s’y prendre ? Comment se déroule le processus de composition ?

Tout d’abord, je m’assieds et j’examine le matériau de base à la recherche de tendances formatrices inhérentes, de structures horizontales, verticales et rotatives, de réflexions, d’expansions et de compressions, etc. Je développe un matériau harmonique, mélodique, rythmique et sonore dans toutes ses variations, je ressens les couleurs, je crée des modes et des espaces sonores complémentaires qui entrent en résonance avec mes images intérieures.
Ensuite, je pratique ces structures sur différents instruments, j’en ressens les effets et j’essaie de tout mémoriser dans toutes les transpositions. Entre-temps, j’enregistre des esquisses sonores dans mon studio et j’expérimente des combinaisons et des possibilités d’enchaînement. Il s’agit d’abord d’un processus de déploiement rigoureux et extrêmement méticuleux, non linéaire, qui me permet de m’immerger toujours plus profondément dans l’univers sonore que j’ai moi-même généré. Il y a des „interruptions“ au cours desquelles je fais un pas en arrière pour saisir intuitivement l’impact émotionnel et le contenu formel et chercher, avec l’éblouissante multi-vocaliste norvégienne Ruth Wilhelmine Meyer, une forme d’expression non verbale qui intègre les dimensions systémiques et psychiques. Dans d’autres phases, j’essaie de me plonger plus profondément dans les sources d’inspiration historiques – je lis des textes, je fais des recherches sur Internet, je voyage et je m’imprègne des œuvres de Camille Claudel, ces chefs-d’œuvre éblouissants et incroyablement expressifs.


Comment est né le contact avec la soliste vocale Ruth Wilhelmine Meyer  d’Oslo ?

Ruth Wilhelmine m’a contacté après un concert à Oslo avec le groupe du tubiste Lars Andreas Haug et m’a dit que nous avions tous les deux l’air de jumeaux d’âme sur scène – ce qui a donné le nom à notre CD en duo „Soul Twins“. Nous avons eu une conversation animée et avons tout de suite senti un lien intense. J’ai ensuite écouté des enregistrements de Ruth et j’ai été énormément séduite par la profondeur sensible, l’immense variété et la capacité de transformation de sa voix, ainsi que par l’intégrité artistique de ses propres projets.
Lorsque le conservatoire de musique de Nuremberg a fait défaut à notre festival et que l’on cherchait quelqu’un pour diriger un atelier intensif de la classe de chant jazz et se produire dans la série Art of Jazz, j’ai spontanément pensé à Ruth. Comme elle n’est pas une chanteuse de jazz, mais qu’elle vient de la tradition nordique, mais qu’elle considère l’improvisation comme un élément important de sa musique, il s’agissait d’une expérience qui s’est avérée totalement réussie. Pendant l’atelier et le concert, l’étincelle a jailli et nous sommes entrés dans un flow incroyable. J’ai alors su que c’était elle qui allait jouer le „rôle principal“ dans ma nouvelle œuvre.


Qu’est-ce que la notion d‘ „opéra intérieur“ ?

Le volume de la soirée et la „matière“ de l’œuvre dramatique ont toutes les caractéristiques d’un opéra. Il n’y a cependant pas de construction scénique pompeuse, pas de personnages avec des „rôles“ imposés et des dialogues préconçus, pas d’intrigue linéaire, mais différentes scènes qui sont tissées entre elles à différents niveaux de temps et d’espace et qui se fondent en sculptures sonores. Le souffle, l’improvisation et la lumière y jouent un rôle central. Tout le drame se déploie à l’intérieur : des espaces se créent entre le silence et le son, les textures abstraites et les rythmes lancinants, la volupté extatique et la folie lancinante, la densité extrême et les passages atrocement prolongés. Mais aussi une beauté pure, une force lyrique et une sensualité débridée.


Quel genre d’ensemble avez-vous constitué ?

Pour ce projet, il faut des improvisateurs qui aiment ça et qui sont capables de se plonger profondément dans ce cosmos, de se familiariser avec le matériel et de l’animer avec leur propre personnalité artistique. Les exigences instrumentales sont très élevées, mais il est en même temps essentiel que le son laisse suffisamment de place à l’épanouissement de la voix. J’ai constitué un nouvel ensemble de dix musiciens qui permet des constellations sonores fantastiques et variées : harpe, instruments à clavier, flûtes du piccolo à la contrebasse, tuba et tubax, clarinettes et saxophones de toutes tailles, instruments intermédiaires rares et exotiques, autres générateurs de sons aussi loin que porte le souffle – rien que le parc d’instruments sur scène fera penser à un jardin de sculptures. Tous les membres de l’ensemble sont eux-mêmes chefs d’orchestre de leurs propres projets et ont développé leur propre voix sur leur instrument, tout en étant capables de se fondre dans le son global et d’agir avec une précision rythmique souveraine.


Quels sont les prochains projets ?

Nous allons produire un CD pour le Deutschlandfunk à Cologne en novembre, donner des concerts et nous rendre à Constance, mon ancienne ville natale, ce dont je me réjouis particulièrement. En outre, il y a une demande concrète pour le symposium „Music and Psychology – Interdisciplinary Encounters“ fin octobre 2022 à Belgrade, où je donnerai avec Ruth Wilhelmine une introduction à notre méthode de travail et où j’espère recevoir de nouvelles impulsions inspirantes. En ce moment, je suis en train d’explorer – sous l’impulsion de Kai Geiger – des possibilités de coopération avec l’art vidéo immersif, la psychoacoustique et la danse, ce qui ouvre des perspectives passionnantes, nouvelles et très prometteuses.
À partir de 2024, il est prévu de produire une version orchestrale avec le Norwegian Wind Ensemble, si tout se passe bien, entre autres au musée Munch d’Oslo.

texte et interview: Andreas Richartz


l´ensemble:

Ruth Wilhelmine Meyer – voix artiste
Michael Heupel – piccolo, flûte, flûtes alto, basse, contrebasse, subcontrebasse
Rebecca Trescher – clarinette, clarinette basse
Roger Hanschel – saxophones sopranino, soprano, mezzo-soprano en fa, alto, flûte, clarinette alto
Julian Bossert – flûte, clarinette, clarinette alto, saxophones soprano, alto, ténor
Stefan Karl Schmid – flûte traversière, flûte alto, clarinette, clarinette alto, clarinette basse, saxophone ténor
Lars Andreas Haug – tuba, saxophone soprano, voix
Johannes Billich – piano, claviers, percussions
Anton Mangold – harpe de concert, saxophone alto, saxophone soprano, flûte traversière
Steffen Schorn 
– direction artistique: concept, composition & arrangement, sound design
piccolo, flûte, flûtes alto, basse, contrealto, contrebasse,
saxophones soprano, C-melody, basse, subcontrebasse, clarinettes alto, contrealto


tournée de concerts : 15-20 novembre et décembre 2022
Enregistrement du CD : 21-24 novembre 2022 @ DLF, cologne


    

Soutenu par Initiative Musik gGmbH avec des fonds de projet du Commissaire du gouvernement fédéral à la culture et aux médias.

„PLEASURE OUT OF THE TREASURE“: BuJazzO | WDR BIG BAND – Lost

Bild

„PLEASURE OUT OF THE TREASURE“:
BuJazzO & WDR BIG BAND perform „Lost“, a composition and arrangement written in 1990



The BUNDESJAZZORCHESTER and members of the WDR BIG BAND perform „Lost“ (composer / arranger: Steffen Schorn) under the direction of Steffen Schorn. Solos are played by Johannes Knoll and Andy Haderer on trumpet and Andy Hunter on trombone. Also featured is Steffen Schorn on bass clarinet. Recorded as part of the final concert for the joint workshop week with the WDR BIG BAND at the WDR Funkhaus / Cologne (September 2021).


Every two years, the renowned professionals of the WDR BIG BAND meet the motivated young musicians of the BUNDESJAZZORCHESTER. This is the fifth time that the young musicians have benefited from this lively cooperation. Coaching, workshops, exchange of ideas, joint rehearsals and subsequent concerts in Heek and Cologne. For the young jazz musicians, it is a unique opportunity to watch their experienced colleagues at work during intensive rehearsals and concerts, to get advice in individual coaching sessions, and to exchange ideas about style and technique.


More WDR BIG BAND: http://www.wdr-bigband.de https://www.facebook.com/wdrbigband/
More BuJAZZO: https://www.bundesjazzorchester.de

 

NEW CD OUT: Gina Schwarz & Multiphonics 8 „Way to Blue“

Bild


Hommage to Nike Drake
In 2020 & 2021 bassist & composer Gina Schwarz had the privilege of being invited to the Multiphonics Festival Cologne as composer in residence. The starting point for her new compositional ideas was the music of the british folk singer, guitarist and composer Nick Drake (1948 – 1974). The depth of his music, the desperate melancholy, the tender hope and his extraordinary lyrics in songs like „Time Piece“, „Way To Blue“, „Riverman“, „Clothes Of Sand“, „Strange Meeting II“, „Blossom“, „Fruit Tee“, „Come Into The Garden“, „Things Behind The Sun“ & „Three Hours“ were inspiration for her music. Just as Drake sometimes structured his albums as a story, her new compositions can also be interpreted as an independent cycle.
In july 2020, she started composing the day after her father’s funeral. In her new music she used childhood stories from the 70’s as an inspiration – as a dedication to her father.


Personnel:
Daniel Manrique-Smith – flute, alto flute, bass flute
Annette Maye – clarinet
Mona Matbou-Riahi – clarinet
Steffen Schorn – contra-alto clarinet, C-melody saxophone
Thomas Savy – bass clarinet
Lucas Leidinger – piano
Mahan Mirarab – guitar
Dirk-Peter Kölsch – drums
Gina Schwarz – bass, composition, arrangement


Tracklist:
01 lost time
02 red grapevine
03 caveman
04 chat one
05 black days
06 chat two
07 rabbit trap
08 chat three
09 sandy tracks
10 chat four
11 choral
12 chat five
13 blue sunbeam
14 chat six
15 long ago
16 chat seven
17 behind
18 looking for john


 

Steffen Schorn feat. by WDR BIG BAND – Rolling

Bild

Steffen Schorn feat. by WDR BIG BAND – Rolling

Every two years, the renowned professionals of the WDR BIG BAND meet the motivated young musicians of the BUNDESJAZZORCHESTER. This is the fifth time that the young musicians have benefited from this lively cooperation. Coaching, workshops, exchange of ideas, joint rehearsals and subsequent concerts in Heek and Cologne. For the young jazz musicians, it is a unique opportunity to watch their experienced colleagues at work during intensive rehearsals and concerts, to get advice in individual coaching sessions, and to exchange ideas about style and technique. More WDR BIG BAND: http://www.wdr-bigband.de https://www.facebook.com/wdrbigband/ More BuJAZZO: https://www.bundesjazzorchester.de/st

The WDR Big Band feat. bandleader Steffen Schorn on contraalto clarinet and Tubax with „Rolling“ (composition / arrangement: Steffen Schorn). Another solo is played by Hubert Nuss on piano, Hans Dekker on drums. Recorded as part of the final concert for the joint workshop week of the Bundesjugendjazzorchester with the WDR BIG BAND at the WDR Funkhaus / Cologne (September 2021). Every two years, the renowned professionals of the WDR BIG BAND meet the motivated young musicians of the BUNDESJAZZORCHESTER. This is the fifth time that the young musicians have benefited from this lively cooperation. Coaching, workshops, exchange of ideas, joint rehearsals and subsequent concerts in Heek and Cologne. For the young jazz musicians, it is a unique opportunity to watch their experienced colleagues at work during intensive rehearsals and concerts, to get advice in individual coaching sessions, and to exchange ideas about style and technique. More WDR BIG BAND: http://www.wdr-bigband.de https://www.facebook.com/wdrbigband/ More BuJAZZO: https://www.bundesjazzorchester.de/st…

Young Lions on Stage – Junger Jazzsommer Nürnberg

Bild

Young Lions on Stage –
Junger Jazzsommer Nürnberg

vom 25. April bis zum 14. Mai 2022


Im zwölften Jahr ihres Bestehens läutet die erfolgreiche Veranstaltungsreihe YOUNG LIONS ON STAGE zum elften Mal den Jazzsommer in Nürnberg ein.
Im Zeitraum vom 25. April bis zum 14. Mai 2022 treten an 10 Terminen auf zwei Bühnen insgesamt 19 Bands auf.



Der Schwerpunkt des Festivals liegt auch in diesem Jahr wieder auf Ensembles, die von Nürnberger Jazzstudierenden gegründet wurden. Das Festival startet am 25. April in der Tafelhalle mit einem Konzert der Big Band der Hochschule für Musik Nürnberg.


Ebenfalls in der Tafelhalle wird am 9. Mai der diesjährige „Artist in Residence“ des Festivals zu erleben sein: Jim Black, einer der weltweit profiliertesten Jazzschlagzeuger und Jazzkomponisten.


Alle übrigen Veranstaltungen gehen im Jazz Studio Nürnberg über die Bühne; Beginn ist auch hier jeweils um 20 Uhr – auch Freitag und Samstag.


Das Festival ist eine Kooperation der Hochschule für Musik Nürnberg, des Jazz Studio Nürnberg, der Tafelhalle im KunstKulturQuartier sowie des Bayerischen Rundfunks – BR Klassik – und wird von der Firma Harald Dallhammer – Fachgeschäft & für Holzblasinstrumente & Saxophone – großzügig unterstützt.


 

Eröffnungskonzert Young Lions on Stage

Bild

Young Lions on Stage –
Junger Jazzsommer Nürnberg

vom 25. April bis zum 14. Mai 2022


Im zwölften Jahr ihres Bestehens läutet die erfolgreiche Veranstaltungsreihe YOUNG LIONS ON STAGE zum elften Mal den Jazzsommer in Nürnberg ein.
Im Zeitraum vom 25. April bis zum 14. Mai 2022 treten an 10 Terminen auf zwei Bühnen insgesamt 19 Bands auf.



Der Schwerpunkt des Festivals liegt auch in diesem Jahr wieder auf Ensembles, die von Nürnberger Jazzstudierenden gegründet wurden. Das Festival startet am 25. April in der Tafelhalle mit einem Konzert der Big Band der Hochschule für Musik Nürnberg.


Ebenfalls in der Tafelhalle wird am 9. Mai der diesjährige „Artist in Residence“ des Festivals zu erleben sein: Jim Black, einer der weltweit profiliertesten Jazzschlagzeuger und Jazzkomponisten.


Alle übrigen Veranstaltungen gehen im Jazz Studio Nürnberg über die Bühne; Beginn ist auch hier jeweils um 20 Uhr – auch Freitag und Samstag.


Das Festival ist eine Kooperation der Hochschule für Musik Nürnberg, des Jazz Studio Nürnberg, der Tafelhalle im KunstKulturQuartier sowie des Bayerischen Rundfunks – BR Klassik – und wird von der Firma Harald Dallhammer – Fachgeschäft & für Holzblasinstrumente & Saxophone – großzügig unterstützt.


 

BuJazzO meets WDR BIG BAND concert

Bild

BuJazzO meets WDR BIG BAND
excerpts from final concert at WDR

Every two years, the renowned professionals of the WDR BIG BAND meet the motivated young musicians of the BUNDESJAZZORCHESTER. This is the fifth time that the young musicians have benefited from this lively cooperation. Coaching, workshops, exchange of ideas, joint rehearsals and subsequent concerts in Heek and Cologne. For the young jazz musicians, it is a unique opportunity to watch their experienced colleagues at work during intensive rehearsals and concerts, to get advice in individual coaching sessions, and to exchange ideas about style and technique. More WDR BIG BAND: http://www.wdr-bigband.de https://www.facebook.com/wdrbigband/ More BuJAZZO: https://www.bundesjazzorchester.de/st